Une maison 100% autonome comment ça marche ?

 

 

Et maintenant (cerise sur le gâteau), pourquoi ne pas utiliser votre hydrogène pour faire rouler votre véhicule ?

Nota : La plupart des véhicules modernes fonctionnant à l'hydrogène convertissent cet hydrogène en courant électrique basse tension, grâce à une pile à combustible.
Ce courant électrique alimente ensuite un moteur électrique qui fait tourner les roues.
Jean luc Perrier, en 1982 avait présenté à la foire de Paris, une SIMCA 1000 d'origine (moteur à explosion), avec une simple modification du carburateur qui lui permettait de rouler à l'hydrogène.

Important : Comme vous pourrez l'entendre en écoutant la conférence de Gérard Gebel, spécialiste Français des piles à combustible, celle ci possède son tendon d'achille à savoir la présence indispensable (pour l'instant) d'un catalyseur qui est le platine !
Consultez le cours du platine et vous verrez que, malgré les progrès techniques réalisés, la pile à combustible risque de rester dans les tiroirs de notre imaginaire, du moins pour ce qui est de la production en masse.
La conséquence est que nous étudierons la solution du moteur thermique à hydrogène, couplé avec un générateur électrique.
Jean luc Perrier aurait donc eut raison avant l'heure.

Une autre alternative serait d'utiliser un moteur Stirling, a condition d'en trouver un qui ait les bonnes caractéristiques, surtout le prix et la disponibilité.
La micro turbine à gaz serait aussi un bon candidat, mais la aussi, elle reste rare.

Maintenant, vous êtes peut être aussi allergiques aux photopiles ?
Impossible à auto construire, fabriquées bientôt dans un seul pays, recyclage en fin de vie aléatoire ?
Alors pourquoi ne pas les remplacer par un générateur thermodynamique, c'est à dire une machine à vapeur couplée à un générateur électrique qui vous produira de hydrogène en passant par l'électrolyseur.
La vapeur est produite par des capteurs solaire thermique à concentration.
La aussi Jean Luc Perrier aurait eut raison ?


 

A gauche vous trouvez de petites machines à vapeur utilisant la technologie des pistons, comme nos bonnes vieilles locomotives à vapeur.
A droite la centrale solaire de Kramer junction, la plus grande du monde, la c'est la technologie des turbines, comme dans nos centrales électriques actuelles, qu'elles soient à combustible fossile ou nucléaire.

Cette technologie thermodynamique (à vapeur) a un autre effet bénéfique, puisqu'elle est presque réversible, un seul couple machine à vapeur/générateur électrique peut être utilisé dans les deux cas de figure :
Mode été (ou mode stockage): Soleil -> capteur à concentration -> vapeur -> machine à vapeur + générateur électrique -> stockage dans batteries ou électrolyseur + hydrogène ou utilisation directe par onduleur.
Mode hiver (ou mode déstockage): hydrogène + bruleur -> vapeur -> machine à vapeur + générateur électrique -> stockage dans batteries ou utilisation directe par onduleur.

Mode hydrogène combiné été/hiver (hors énergie thermique)